abrégement


abrégement

abrégement ou abrègement [ abrɛʒmɑ̃ ] n. m.
• 1304 ; « diminution de la valeur » 1283; de abréger
Action d'abréger. raccourcissement. L'abrégement d'un texte. L'abrégement du délai imparti. Abrégement d'un mot. abréviation, siglaison, troncation. Phonét. Réduction de la durée d'émission d'un phonème. ⊗ CONTR. Allongement.

abrègement nom masculin Action d'abréger : L'abrègement d'un congé, d'une phrase.abrègement (difficultés) nom masculin Orthographe Avec un accent grave. ● abrègement (synonymes) nom masculin Action d' abréger
Synonymes :
- réduction
Contraires :

abrégement ou abrègement
n. m. Action d'abréger. L'abrégement d'un délai.

⇒ABRÉGEMENT, subst. masc.
I.— Vx ou sporadiquement. Action d'abréger :
1. L'abrégement du discours le rend toujours plus fort et plus convaincant.
MERCIER, Néologie ou vocabulaire de mots nouveaux, t. 1, 1801, p. 3.
L'abrégement d'un livre (LITTRÉ); l'abrégement d'un congé (Lar. encyclop. et Lar. 3); l'abrégement du délai imparti (Pt ROB.).
II.— Emplois spéciaux
DR. FÉOD. Abrégement de fief « action de diminuer la valeur d'un fief » (cf. étymol. 1 et abréger C).
LING.
a) Lexicol. Substitution d'une forme réduite à une forme pleine par exemple de M'sieu à Monsieur, de métro à métropolitain; ... (MAR. Lex. 1961). Anton. allongement.
b) Phonét. Réduction de la durée normale d'émission d'un phonème. ,,Le terme est d'ordinaire appliqué aux voyelles pour désigner le passage de la durée de longue à la durée dite de brève, ...`` (Mar. Lex. 1961).
Rem. Chez certains linguistes, le mot est synon. de abréviation (cf. ce mot et sup. a) :
2. Nous avons divers procédés d'abrègement (sic) à notre disposition. Si le terme est formé de deux ou plusieurs mots — composés en voie d'élaboration — on a recours à l'ellipse...
A. DAUZAT, Le Génie de la langue française, 1943, p. 63.
Chez d'autres, il s'oppose à abréviation pour désigner plus spécialement l'aboutissement phonétique réel de l'abréviation, l'abréviation ne concernant que la forme graphique.
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon :[]. Enq ://. 2. Forme graph. — L'ensemble des dict. écrivent ce mot avec un accent aigu. DUB. 1966 et Pt Lar. 1968 sont les seuls à aligner l'orth. sur la prononc. [] ouvert de la 2e syllabe, en écrivant abrègement (cf. aussi ds 3). 3. Hist. — Le mot entre ds la lang. sous la forme abregement (XIIIe s., cf. étymol.), encore empl. comme vedette ds FUR. 1701 et Trév. 1704. Pour les formes abbregement avec redoublement de b, cf. NICOT 1606 et COTGR. 1611. RICH. 1680 est le 1er à noter la forme abrégement avec un accent aigu, cette forme étant attestée régulièrement à partir de Trév. 1771. Pour la prononc. de ce mot, FÉR. 1761, LAND. 1834 et GATTEL 1841, en accord avec le graph. é, transcrivent le mot avec [e] fermé. Mais LITTRÉ, tout en maintenant la graph. é, signale la prononc. mod. en [] ouvert. (Pour le remplacement de é par è prononcé [] ouvert devant une syllabe muette, il abrège, cf. aussi abréger, prononc. et orth. 4). — Rem. Ac. 1832 écrit abrègement avec un accent grave, l'accent aigu étant rétabli ds Ac. Suppl. 1835. Le mot n'est plus attesté dans les éd. suiv. de Ac.
Étymol. ET HIST. — 1. 1283 terme de dr. féod. « action d'abréger un fief, de diminuer les services qui lui sont attachés » (BEAUMANOIR, Cout. de Beauv., I, 393, éd. Beugnot ds GDF. : Il sont aucun fief c'on apele fiés abregiés; quant on est semons por services de tix fiés, on doit offrir a son segneur ce qui est deu par le reson de l'abregement, ne autre coze li sires n'i pot demander si li abregement est provés ou conneus et il est fes soufisalment par letres du conte); 2. XIIIe s. « action d'abréger un texte » (Digeste de Just. B. N. 20118 ds GDF. Compl. :Fere domache a l'exposicion ne a l'ordrenement des lois par abreigement); 3. 1300 « état de ce qui est rendu plus court (durée) » (Secr. d'Arist., B. N. 571, f° 129a ds GDF. Compl.  : Abrèggement de jur et de nuit); 1304 « action de rendre plus court (durée) » (Year books of the reign of Edward the First, XXXII-XXXIII, p. 31 ds GDF. Compl. :Pur abreggement de delays). Subit une éclipse jusqu'au XIXe s. où il ne parvient pas à s'implanter (cf. LITTRÉ : ,,usité autrefois et qui n'a rien qui l'empêche d'être usité de nouveau puisqu'il se comprend sans peine``; Lar. 19e le qualifie de vx, QUILLET de rare).
Dér. de abréger; suff. -ment. Cf. avec 1 abréger 4; avec 2 abréger 3; avec 3 abréger 1.
BBG. — LEP. 1948. — MAR. Lex. 1961 [1951]. — SPRINGH. 1962.

abrégement [abʀɛʒmɑ̃] n. m.
ÉTYM. XIIIe; de abréger.
Action d'abréger. Raccourcissement. || L'abrégement d'un texte par son auteur, par l'éditeur. || L'abrégement d'un délai, d'un congé.
0 Nous avons divers procédés d'abrégement à notre disposition. Si le terme est formé de deux ou plusieurs mots — composé en voie d'élaboration — on a recours à l'ellipse, en reportant sur l'un des éléments, seul conservé, le sens du groupe.
A. Dauzat, le Génie de la langue franç., p. 63.
Abrégement d'un mot. Abréviation, aphérèse, apocope.Réduction de la durée d'émission d'un phonème.
CONTR. Allongement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • abrègement — abrégement ou abrègement [ abrɛʒmɑ̃ ] n. m. • 1304 ; « diminution de la valeur » 1283; de abréger ♦ Action d abréger. ⇒ raccourcissement. L abrégement d un texte. L abrégement du délai imparti. Abrégement d un mot. ⇒ abréviation, siglaison,… …   Encyclopédie Universelle

  • abrégement — (a brè je man) s. m. Action d abréger. L état de ce qui est abrégé. L abrégement d un livre. Ceux qui ont voulu introduire les tables ont été trompés par l abrégement des paroles, Port Royal, dans BOUHOURS, Nouv. Rem. Mot utile et justifié par un …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • abrégément — (a brè jé man) adv. D une manière abrégée. Adverbe usité autrefois et qui n a rien qui l empêche d être usité de nouveau, puisqu il se comprend sans peine. HISTORIQUE    XVe s. •   Pour abregement guerir ou mourir, Plus ne puis fournir, Se sens… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • abrégement — См. abbreviazione 2 …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • abrégement (privilégié) — sutrumpinimas statusas T sritis Gynyba apibrėžtis Terminologijoje – santrumpa, sudaryta iš žodžio ar vienažodžio termino pirmosios raidės ir vienos arba daugiau kitų to žodžio ar termino raidžių. pavyzdys( iai) Anglų kalbos pavyzdžiai: alt. –… …   Lithuanian dictionary (lietuvių žodynas)

  • abrègement iambique — См. loi des mots iambiques …   Пятиязычный словарь лингвистических терминов

  • jeman — abrègement affouragement allongement allégement aménagement arrangement changement chargement déchargement découragement dédommagement dégagement dégorgement délogement déménagement déneigement dérangement désengagement emménagement encagement… …   Dictionnaire des rimes

  • abréger — [ abreʒe ] v. tr. <conjug. : 3 et 6 • XIIe; bas lat. abbreviare, de brevis « bref » ♦ Rendre bref. 1 ♦ Diminuer la durée de. Abréger une visite, un repas. ⇒ écourter. « Son but était d abréger mes années de collège, en me préparant le plus… …   Encyclopédie Universelle

  • abréviation — [ abrevjasjɔ̃ ] n. f. • v. 1450; « texte abrégé » 1375; bas lat. abbreviatio 1 ♦ Vx Abrégement (de temps). 2 ♦ Retranchement de lettres dans un mot, de mots dans une phrase pour écrire plus vite ou prendre moins de place. Abréviation de… …   Encyclopédie Universelle

  • troncation — [ trɔ̃kasjɔ̃ ] n. f. • 1964; lat. truncatio « amputation » ♦ Ling. Procédé d abrégement d un mot polysyllabique par suppression d une ou plusieurs syllabes. Vélo est la troncation de vélocipède. ⇒ aphérèse, apocope; mot valise. ● troncation nom… …   Encyclopédie Universelle